Corniche de l’Eyrieux

Je vous propose une autre balade fort sympathique en Ardèche pour découvrir la Corniche de l’Eyrieux. C’est à coté de l’autre roadbook que je vous propose dans le coin, et qui lui vous emmène dans la Vallée de l’Eyrieux.

On est dans le Sud Est de la France, dans les montagnes qui se trouvent à l’Ouest de Valence. Ce massif ardéchois est à un peu plus de 1000m d’altitude. On bénéficie d’une vue magnifique sur la vallée du Rhône. On profite également des petites routes vous menant sur les sommets ardéchois. La chaussée de cet itinéraire n’est pas très large au début, mais ensuite vous aurez droit à un splendide ruban que les adeptes de moto du coin connaissent bien.

Départ de Lamastre, une petite ville située en altitude dans le massif ardéchois. On prend la direction de Vernoux en Vivarais.

Au programme de magnifiques vues sur les collines et des routes sinueuse à souhait qui serpentent dans les forêts.

Le revêtement est de bonne qualité dans cette première portion.

Ces routes sont empruntées tous les week-end par les motards du coin et les touristes de passage. En effet cette région dispose de nombreuses possibilités de logements pour les individuels comme pour les groupes. Ca n’est pas aussi touristique que la région des Gorges de l’Ardèche. C’est plutôt authentique et rustique comme les régions de montagne. En effet il est difficile de se rendre sur ces routes en hiver car elles sont souvent enneigées. J’avais pu en faire l’expérience lors de ma balade du coté d’Aubenas cet hiver.

 

On arrive ensuite au Col de la Mure qui culmine à 747m d’altitude. L’endroit vous offre une magnifique vue sur la plaine et les collines.

Evidemment au printemps il n’est pas rare de tomber sur un sympathique troupeau de mouton qui profite de l’herbe fraiche !

En redescendant dans la plaine on arrive à Saint Laurent du Pape. Une fois que l’on a tourné à gauche sur la D266, on tombe sur le château du Bousquet. Ses façades et toitures sont inscrites à l’Inventaire des Monuments Historiques depuis 1975.
Son histoire commence vers 1540 quand, Alexandre de La Marette, seigneur de Pierregourde, entreprend la construction du château dont la partie principale sera achevée en 1590. À l’époque le château de Pierregourde était déjà abandonné : la vieille société féodale ayant disparu, les échanges économiques devenaient primordiaux, et se faisaient par les vallées, d’où la nécessité de s’en rapprocher. Le Bousquet est alors érigé en seigneurie vers 1630 et il s’y fait d’importants travaux d’agrandissement avec la construction de la partie Est.

Le Bousquet devient cour de justice dépendant du parlement de Toulouse.
En 1646, Louise de Barjac, catholique et héritière de la seigneurie, épouse le marquis de Maugiron lui-même catholique, alors que les seigneurs de Pierregourde étaient protestants jusqu’à cette date. Les Maugiron vont s’installer à Versailles au côté du roi vers 1760, le Bousquet perd alors de son importance. Le successeur des Maugiron sera le marquis de Veynes, avocat au parlement de Toulouse, qui fait partie de la noblesse éclairée et traversera la Révolution tourné vers l’avenir. C’est lui qui sera le premier maire de Valence.

Racheté par la commune en 1994, le château est en partie loué à des associations ; la commune a gardé l’usage des deux pièces principales du rez-de-chaussée, pour des manifestations culturelles ou sociales.

A partir de là on remonte en altitude sur une route bien plus petite que celle empruntée jusqu’alors… Cependant le revêtement est tout à fait acceptable, même si un peu chaotique par endroit.

Au fur et à mesure de la montée se dessine une vue magnifique sur la vallée du Rhône.

Comme vous le voyez la route n’est pas large, mais son revêtement reste de bonne qualité pour une petite route de campagne. Il convient cependant de rester calme sur la poignée de gaz et rester attentif, car croiser une voiture dans cet environnement est assez délicat…

Une fois arrivé au sommet la vue sur les collines de l’Ardèche est splendide.

Et au milieu de nulle part, sur le bord de la route, on tombe sur une grande bâtisse dont on ignore la fonction originelle…

Arrivé à ce moment là ma chère monture italienne a décidé de me faire comprendre que le régime « Ride and Pics je m’arrête toutes les deux secondes pour prendre des photos » ne lui plait pas plus que ça. Et donc ma batterie ayant décidé de se suicider pis poil en bas d’une descente au fond d’une cuvette, me voilà bloqué au fond de la dite cuvette. J’ai bien essayé par deux fois de la pousser dans la montée pour la pousser ensuite de la descente pour la faire redémarrer… mais avec son sale caractère pas moyen de repartir.

Coup de bol il y avait là une rivière ! Comme je crevais de soif après tous ces efforts me voilà en train de descendre à travers les ronces pour atteindre la rivière histoire de ne pas crever de soif dans ce trou perdu… Après une petite balade pour rejoindre le haut de la colline histoire de récupérer un peu de réseau téléphonique, et après quelques dizaines de minutes d’attente, voilà ma dépanneuse arriver pour me sortir de ce mauvais pas.

Je reviendrai donc dans ce coin de paradis pour vous faire quelques clichés de la fin de ce roadbook merveilleux !

Fin du voyage donc ! 

N’hésitez pas à me contacter si vous voulez d’autres infos sur cette balade, ou des conseils pour découvrir la région.

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE ROADBOOK

Pour transformer les liens GoogleMaps ci-dessous et les intégrer dans votre GPS c’est très simple !
Suivez donc les étapes suivantes :
1- Téléchargez ITN Converter
2- Copiez l’URL de GoogleMaps
3- « Ouvrir fichier » et coller l’URL en modifiant le lien Googlemaps dans le format de votre GPS
C’est simple, rapide, et cela vous permettra donc de vivre une expérience sympathique sur ces routes magnifiques !

 

 

 

No Comments

Leave a Comment