Gerbier de Jonc Ardèche Une magnifique balade moto pour découvrir l'Ardèche à moto. Un roadbook qui vous mène au Mont Mezenc, voir le Gerbier de Jonc et la cascade de Ray Pic. Ces routes touristiques sont idéales pour rouler à moto et découvrir le plateau ardéchois situé en Rhône Alpes dans les environs d'Aubenas et Privas

Gerbier de Jonc, Mont Mezenc et Cascade du Ray Pic

Gerbier de Jonc, Mont Mezenc et Cascade du Ray Pic

Je vous propose une superbe balade sur le plateau ardéchois pour découvrir la source de la Loire et une magnifique cascade bien connue de cette région.

Nous sommes donc dans le Sud Est de la France, en Ardèche, à l’Ouest de Privas et Aubenas.

La balade fait 186km, et se fait sur une journée sans problème en prenant le temps d’admirer le paysage et de se faire une bonne bouffe dans un resto du coin.

Les routes empruntées sont un savant mélange de bel enrobé et de route typiques de la région. Ces dernières ne représentent qu’une petite part de la balade, sur la D215 qui vous mène à la cascade du Ray Pic. Le reste est composé de routes de campagne offrant des virages de dingues et des paysages de fous.

J’avais emprunté cet itinéraire au sortir de l’hiver dernier. Pensant pouvoir réalisé cette balade sans problème, la neige en avait hélas décidé autrement… Si vous souhaitez découvrir les autres balades moto des environs : cliquez ici !

Début de la balade du jour à l’Ouest d’Aubenas dans le village de Pont de Labeaume sur la charmante D536.

La D536 sur laquelle nous nous trouvons est juste extra.
Un revêtement parfait et une superbe vue sur la vallée creusée par la rivière La Fontolière.

On traverse donc au début le pays de Pourcheyrolles. Ce pays a été façonné par les volcans et les coulées de laves. On voit les vestiges de cette activité volcanique au travers des orgues basaltiques situés les longs des collines. Ce territoire compte pas moins de cinq volcans, parmi lesquels deux ont donné des coulées de lave qui se rejoignent ici : le volcan strombolien de la Gravante et le volcan complexe du Maar du Chambon. Les cours d’eau ont ensuite érodé ces coulées de lave pour former les vallées que nous avons sous nos yeux.

J’ai réalisé cette balade avec ma vieille Ducati 900SS. L’outil idéal pour profiter des belles courbes qui s’offrent à nous sur ce roadbook. Certains diront qu’une telle monture n’est pas faite pour voyager. Et pourtant j’en ai fait des kilomètres à son guidon dans les cols des Alpes, le Jura, ou même pour traverser la France en plein hiver ! Une vraie baroudeuse ma vieille carburée !
Sa précision et son confort furent également appréciable dans la partie plus bucolique du programme du jour.

Vous pourrez observer tout au long de ce voyage ardéchois les rivières qui ont creusé les vallées que l’on emprunte.
Elles seront idéales pour rafraichir l’atmosphère si vous passez dans le coin l’été.

Il ne faut pas hésiter à lever les yeux durant ce voyage ardéchois. Les collines regorgent de vestiges du Moyen-Age.

Un beau résumé en deux photos : route de folie et paysages de fou !

J’ai fait cette balade mi octobre. Le matin ça piquait un peu, mais rapidement les températures sont devenues quasi estivales, dans les 25°C. Y’a plus de saison ma pauv’ Lucette… Mais quand la route passait dans la partie ombragée des montagnes, il fallait rester prudent car la chaussée était encore trempée. Avec les quelques feuilles qui commençaient à tomber des arbres, il vallait mieux rester vigilant !

Au détour d’un virage je tombe sur le Domaine du Lac Ferrand. Cette propriété authentique, située à coté du lac en question, offre de nombreuses formules d’hébergement pour votre séjour et vos vacances. Ses 6 chambres et 3 suites peuvent accueillir 30 personnes. Un lieu idéal pour un séjour de groupe de motard en quête de tranquillité ! Contactez les au 04 75 37 24 11 ou par mail : contact@domainedulacferrand.com

Un peu plus loin on trouve sur la droite de la route le pub du Volcan. Un endroit idéal pour une pause casse croute authentique. Ils proposent notamment l’assiette ardéchoise à toute heure ! Si vous êtes en groupe et souhaitez réserver ou savoir si c’est ouvert, appelez le 04 75 38 00 48

A cette période de l’année, au début de l’automne, les couleurs sont magnifiques !

On prend un peu de hauteur avant de redescendre dans la vallée…

Arrivé à La Palisse il ne faut pas traverser le pont à gauche.

Mais l’on peut s’y attarder pour admirer le lac… enfin quand celui-ci est plein en période estivale !

Le jour de mon passage ils avaient fait une petite vidange…


On repart ensuite en altitude en direction du lac d’Issarles, en passant notamment au col du Gage.
A 1098m d’altitude la vue est magnifique !

On bénéficie ensuite d’une superbe vue sur le lac en descendant la D116

Arrivé au bord du lac vous pouvez vous faire, comme moi, une pause pique nique tiré du sac sur les berges. Vous pouvez aussi opter pour l’option restaurant. L’endroit est très touristique et offre de multiples possibilités de restauration.

Là encore à cette période de l’année l’endroit est plutôt calme… Mais en période estivale c’est tout autre chose ! Le niveau du lac est bien plus élevé, et de nombreux touristes profitent de cette retenue d’eau pour se rafraichir.

Le roadbook vous emmène ensuite en altitude en direction du Mont Mezenc que je pensais  observer à la droite de la route. En fait il s’agit d’un autre volcan. Et j’ai beau avoir parcouru plusieurs pages et sites web je n’arrive pas à l’identifier. Je pensais au Suc de Sara qui culmine à 1521m, mais apparement ça n’est pas lui non plus. Un suc est un volcan dont la lave visqueuse n’a pas coulé mais s’est accumulée sur place autour du point de sortie du cratère. C’est une spécialité géologique du pays du Velay et de l’Ardèche.

On se sent bien en altitude en solitaire… enfin pas tout à fait seul car quelques vaches sont là et se demandent bien quel est cet étrange objet rouge qui bouleverse la quiétude des lieux.

Je poursuis ma route sur cette petite départementale en profitant des magnifiques couleurs de l’automne…

Au détour d’un virage je tombe sur le site de la Chartreuse de Bonnefoy. L’extension bénédictine dans tout l’Occident médiéval s’est accompagnée d’un vent de réformes au XIe siècle. Ainsi de nouveaux ordres sont nés, comme celui des cisterciens et des chartreux. Avides de solitude, de pauvreté, d’austérité, ils ont souhaité s’installer dans des lieux reculés pour éviter toute tentation. L’endroit était donc idéal pour construire un monastère.

La chartreuse est fondée au XIIe siècle par les disciples de Saint Bruno. L’accès à cet endroit est difficile à cette époque et le climat y est très rude. Ces rudes conditions de vie correspondant parfaitement à leur mode de vie.

Je repars sur le plateau en direction du village des Estables.

En repartant des Estables j’emprunte la D631 qui longe le Mont Mézenc et nous mène au col de la Croix de Boutières.

Arrivé au col la vue est superbe !

Un panneau nous indique qu’il s’agit de l’endroit de partage entre les eaux méditerranéenne et atlantique. Cette ligne partage deux versants très différents. Coté Ardèche le Mezenc domine une zone très érodée par les affluent de l’Eyrieux, petite rivière qui se jette dans le Rhône. Coté Haute Loire le paysage est vallonné avec de vastes prairies.

En descendant on a une vue au loin sur le Mont Mezenc. Il est composé de deux dômes-coulées très proches qui forment deux sommets. Au Nord « la Croix de Mézenc » à 1744m, et au Sud le point culminant du département de l’Ardèche à 1753m d’altitude. Cette montagne a une forme de selle de cheval.

Je poursuis ma route dans ce magnifique paysage aux couleurs automnales.

J’arrive ensuite sur le site du Mont Gerbier de Jonc. Il s’agit par ordre d’importance le deuxième site touristique du département de l’Ardèche, après les gorges de l’Ardèche. Chaque année, 500 000 personnes escaladent le Gerbier de Jonc. Si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à tenter l’ascension !

Si vous souhaitez vous restaurer à cet endroit, vous pouvez vous attabler au restaurant ou simplement prendre un verre, n’hésitez pas à aller à « La Source de la Loire« . Vous pourrez y découvrir les spécialités locales.

En repartant sur la D378 on a une vue magnifique sur le Mont Gerbier de Jonc

On profite encore de quelques vues magnifiques sur le plateau avant de redescendre.

Au détour d’un virage, j’aperçois à gauche une croix chrétienne et un petit parking. Curieux comme à l’accoutumée, je gare ma vieille carburée pour faire quelques pas dans les fourrés. Et bien sûr je tombe sur une magnifique vue sur la montagne ardéchoise ! Il faut parfois prendre le temps de s’arrêter un peu, et de ne pas filer comme l’éclair sans profiter pleinement des lieux.

Arrivé à Lachamp Raphaël on voit devant nous le Suc de Montivernoux. Il est facilement reconnaissable avec les trois croix chrétiennes qui sont à son sommet. Vous pouvez là aussi tenter son ascension, qui ne prend qu’une vingtaine de minutes, et vous fait bénéficier d’une superbe vue sur la région.

A ce moment là la DDE a décidé de me faire des misères… La route que je souhaitais emprunter est barrée. Je peux quand même descendre jusqu’à la cascade du Ray Pic mais ensuite je devrais rebrousser chemin pour faire un détour.

La route qui descend à la cascade est un pur bonheur. En été elle est ombragée, ce qui est très appréciable les jours de fortes chaleurs. Et à l’automne elle offre des variations de couleurs orangées des plus agréables.

Avant d’arriver sur le site de la cascade, un point de vue est aménagé sur le bord de la route pour l’observer au loin. La cascade d’une hauteur de 50m a été formée pour une coulée de lave de type strombolienne.

Je repars ensuite en direction du fond de la vallée, histoire d’être sûr que la route est bel et bien barrée et que l’on ne peut pas passer. Un truc bien français ça, le type qui pense quand même passer quand on lui indique que la route est barrée…

Bien sûr il me sera impossible de passer, mais le paysage observé ne m’a pas fait regretter de tenter l’expérience.

 

 

On reprend le roadbook du coté de Labastide Bésorgues sur la toute petite D254.

Au loin on observe le clocher de Antraigues sur Volane.

Arrivé à Antraigues on traverse la rivière Volane en observant d’anciens bâtiments qui devaient certainement contenir des ateliers de production au siècle passé.

A partir de là on va remonter en altitude sur la D578 qui est tout simplement une vraie tuerie pour les amateurs de virolos !

La première partie est aussi un régal pour les amateurs de photos de paysages et de nature.
La rivière a creusé la montagne en créant une superbe vallée.

A cet endroit on voit beaucoup de motards. Il s’agit d’un spot bien connu pour les amateurs de sensations fortes…

Arrivé au col de Mézilhac le roadbook part à l’Est pour un finish de toute beauté ! 

La route est une pure merveille.
Elle vous offre une superbe vue sur le plateau et des virages de dingos pour qui aime prendre un peu d’angle sur sa moto

Petite pause photo au Col des Quatre Vios qui culmine à  1149m

On arrive ensuite au col de la Fayolle.
La vue est superbe, la route très agréable également…

Voilà c’est la fin de cette magnifique balade ardéchoise !

J’espère que ces quelques photos et infos vous auront donné envie de venir découvrir ce petit coin de paradis.

CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE ROADBOOK

Pour transformer les liens GoogleMaps ci-dessus et les intégrer dans votre GPS c’est très simple !
Suivez donc les étapes suivantes :
1- Téléchargez ITN Converter
2- Copiez l’URL de GoogleMaps
3- « Ouvrir fichier » et coller l’URL en modifiant le lien Googlemaps dans le format de votre GPS
C’est simple, rapide, et de plus vous permettra de vivre une expérience sympathique sur ces routes magnifiques !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

No Comments

Leave a Comment