Route de Bessèges et Belvédère de Bouzèdes

La route de Bessèges et du Belvédère de Bouzèdes est tortueuse et magnifique !

A force de parcourir toutes les routes de la région, il arrive forcément un moment où j’ai du mal à trouver un endroit où je n’ai pas posé mes roues…

En regardant bien ma carte j’ai cependant trouvé un coin où je ne suis pas allé. Le genre de route blanche qui promet une expérience bucolique à souhait comme je les aime. Me voilà donc parti de la maison en direction du village de Bessèges, situé au Sud Ouest des Gorges de l’Ardèche. J’avais fait quelques articles sur ce petit coin de paradis pour motard en décrivant le tour du Mont Lozère ou la route des Cévennes Ardéchoise.

Nous sommes donc au Nord du Gard, à l’Ouest des Gorges de l’Ardèche et d’une ligne Montélimar / Alès.

Cette fois-ci je sors des sentiers battus, et je vous emmène sur un itinéraire peu fréquenté à la découverte de ce pays sauvage et préservé.

Voici une vue plus précise de l’itinéraire, dont vous pourrez télécharger le lien GoogleMaps en fin d’article :

Je débute cette journée dans le village de Sauvas situé sur la D104/D904, qui relie Aubenas à Alès. Je ne vais pas rester bien longtemps sur cet axe bien trop peuplé à mon goût, et emprunter la toute petite D351 en direction de Bessèges. Cette portion est très agréable surtout en période de forte chaleur, car elle vous offre de savoureux virolos à l’ombre des arbres centenaires de cette magnifique forêt.

 

On voit ça et là quelques chemins de randonnée qui partent de cet axe routier pour s’enfoncer dans la forêt. Cela donne évidemment une furieuse envie de balade forestière, mais ce n’est pas le programme du jour.

 

Avant de partir j’avais comme d’habitude bien regardé ma carte Michelin pour identifier un point de vue à ne pas manquer. Et bien sûr j’en ai trouvé un à l’écart de ma route, vers lequel je me suis empressé de me diriger. Je m’étais dit que la vue depuis cette petite chapelle devait être savoureuse. Une fois de plus cela s’est fini sur une route qui n’en est pas une, à rouler sur un chemin de terre jusqu’au moment où il convenait de s’arrêter sous peine de déranger les éventuels promeneurs profitant de la quiétude de ce chemin de terre. Et bien m’en a pris car en effet cinq minutes après mon arrêt je vois passer une famille de randonneurs, se demandant bien ce qu’un type tout de cuir vêtu faisait dans un endroit pareil ! Ma monture italienne n’aurait de toute façon pas vraiment apprécié cet exercice…

J’aurais bien tenté l’ascension jusqu’à la chapelle à pied, mais j’ai eu, je dois bien l’avouer, un p’tit coup de flemme. Bref je me suis arrêté, je me suis installé sur le banc qui trônait judicieusement à cet endroit. J’ai ensuite sorti mon pique-nique du sac pour me faire un plateau repas avec vue imprenable sur la montagne d’en face !

L’endroit est paisible, calme, bref un petit moment de quiétude comme je les aime.

En cette période où la nature se réveille après un long sommeil hivernal, j’en profite aussi pour immortaliser la flore printanière à pleine ouverture.

Après cette pause bucolique je reprends ma route en direction le village de Gagnières, sur une route viroleuse à souhait offrant quelques virages fort appréciables !

Après Bessèges on file donc vers le Nord sur la D51 en direction de Villefort. En regardant la carte avant de partir je m’attendais à une route plutôt petite et un brin défoncée. Quelle ne fut pas ma surprise de me  retrouver sur une superbe départementale offrant de sympathiques virages au revêtement tout à fait acceptable. Un pur bonheur pour tout motard qui se respecte.

 

 

Cette portion vous offre de magnifiques panoramas sur la vallée que l’on suit, creusée par la rivière La Cèze que l’on a cependant du mal à apercevoir entre les arbres.

 

Au détour d’un virage on passe le village de Bedousses où l’on observe quelques magnifiques demeures de pierre.

Un peu plus loin un magnifique panorama nous permet de voir le village d’Aubrias

Le ciel se couvre, et j’ai comme l’impression que la balade du jour risque d’être écourtée par les caprices printaniers de Dame Nature…

C’est le point culminant de la Haute Vallée de la Cèze à 600 mètres d’altitude.

Avant d’être château le site est un abri sous roches occupé par des hommes il y a 22 000 ans. De nombreuses traces lithiques témoignent de la présence humaine à l’époque du solutréen. Le site deviendra oppidum gaulois à l’époque Volques Arécomiques. De multiples artefacts attestent d’une occupation gallo-romaine.

Édifié à la charnière du XIIe au XIIIe siècle, par la volonté de l’évêque d’Uzès et de Bernard d’Anduze, le Cheylard d’Aujac est mentionné en 1211 bastida nova quae vocatur Caslar. Il contrôle l’un des axes des communications Nord-Sud au Moyen Âge, le « val Cizarencha ». Victime collatérale de la croisade des Albigeois et de la pénétration royale dans le midi de la France, en 50 ans son destin bascule. Entre 1254 et 1308, l’Histoire lui enlève route et pouvoir. Au XIVe siècle, il est vendu à des seigneurs locaux.

À l’occasion des Guerres de religion, il retrouve une importance provisoire. En 1609, il est érigé en baronnie pour services rendus au roi de France. Racheté en 1794 par ses métayers, il est habité par la même famille jusqu’à aujourd’hui.

Pour plus de renseignements vous pouvez consulter leur site www.chateau-aujac.org ou visualiser quelques vidéos sur leur chaîne Utube

Source : wikipédia

Arrivé au petit village de Brésis je tourne  droite sur la minuscule D155. Cette route me permet de rejoindre la fabuleuse route de Villefort en empruntant les chemins de traverse. Et qui dit chemin de traverse dans les montagne dit forcément petite départementale pas très large où l’on fait de belles rencontres au plus prêt de la nature…

Me voilà donc au détour d’un virage face à un troupeau de chèvres sans berger ni chien. Elles se baladent tranquillement sur la route. Forcément je coupe le moteur, et j’attends leur réaction. On reste là à se regarder sans bouger pendant quelques minutes, dans une ambiance assez particulière. Au bout d’un moment elles se décident à s’approcher de moi, intriguées sans doute par ce drôle de type qui se pointe et s’arrête pour les regarder. Elles passeront juste à coté de moi en m’observant du coin de l’oeil pour descendre dans les arbres situés en contrebas. Un moment sympathique comme je les aime.

Forcément à cette période de l’année les rivières sont gorgées d’eau du fait des nombreuses averses printanières qui permettent à la nature de prendre des réserves pour résister aux fortes chaleurs de la période estivale. Il y a tout le long de ce parcours de nombreuses cascades dont le cours d’eau passe sous la route.

Comme vous le voyez la route n’est pas large, mais pas franchement défoncée non plus. Ça passe tranquille en profitant de l’instant présent.

Cette portion bucolique vous offre une vue magnifique sur la vallée et le massif d’en face vers lequel on se dirige ensuite. Cette vue me permettra de confirmer que la balade du jour sera hélas écourtée du fait des conditions météo. En effet on voit bien les nuages chargés de pluie qui déversent cette dernière sur le massif…

En attendant de me recevoir les premières gouttes je termine cette première partie du roadbook sur cette charmante petite départementale bourrée de charme.

Avant d’arriver sur la fabuleuse D901 qui va nous amener à Villefort, on bénéficie d’une vue magnifique sur la campagne environnante

Arrivé sur la route de Villefort les premières gouttes commencent à tomber, et je dois tourner à droite en direction de Les Vans pour éviter les orages. Je reviendrai dans ce petit coin de paradis pour finir d’immortaliser ce roadbook de toute beauté.

CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE ROADBOOK

Pour transformer les liens GoogleMaps ci-dessous et les intégrer dans votre GPS c’est très simple !
Suivez donc les étapes suivantes :
1- Téléchargez ITN Converter
2- Copiez l’URL de GoogleMaps
3- « Ouvrir fichier » et coller l’URL en modifiant le lien Googlemaps dans le format de votre GPS
C’est simple, rapide, et cela vous permettra donc de vivre une expérience sympathique sur ces routes magnifiques !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 Comment

  • claude 5 mai 2019 at 9h52

    Utilise géoportail afin d’éviter la « mésaventure » de la chapelle …
    Sinon tes idées de ballades sont superbes.
    Merci.

    Reply

Leave a Comment