Col de l’Asclier et Montagne des Cagnasses

Le Col de l’Asclier et la Montagne des Cagnasses vous offrent une expérience inoubliable pour profiter pleinement de la nature cévenole.

J’avais eu l’occasion de vous parler de la route du col de l’Asclier dans cet article, qui présentait une balade vous menant notamment au Mont Aigoual. Comme je devais me rendre dans le Gard pour le Cévèn’ Oil Trophy, j’ai décidé de faire un petit crochet par le col de l’Asclier histoire de refaire des photos de cette route mythique des Cévennes. Si cet itinéraire débute sur une pure route cévenole au bitume parfait, l’ensemble de cette balade est plutôt bucolique, sur une petite départementale pas vraiment large et un peu défoncée par endroits. Les amateurs de sportives n’apprécieront guère…

Cette balade fait 60 kilomètres, et durent environ 2h00 si vous rouler tranquillement en prenant votre temps. Itinéraire à télécharger comme d’habitude en fin d’article.

Nous sommes donc dans le Sud Est de la France, entre le Mont Aigoual et Alès, dans le département du Gard.

Depuis Alès on file en direction de St Jean du Gard où se trouve le début de ce roadbook.

La route est magnifique et suit le cours du Gardon. Cette petite rivière fort charmante et calme qui peut se transformer en furie lors des orages cévenols que l’on peut connaître à la fin de l’été. Il n’est pas rare dans ces cas de la voir sortir de son lit et tout ravager sur son passage !

Le Gardon prend sa source dans les hautes Cévennes,  à Saint-Martin-de-Lansuscle, près du Prat Reboubalès (1 082 m), à 1 050 m d’altitude. Il file ensuite sur 127km pour se jeter dans le Rhône. Les gorges formées par la rivière font le bonheur des amateurs de canoë kayak, baignade et randonnée. Les motards apprécieront les enchainements de larges courbes et leur bitume en parfait état.

 

Quand vous empruntez ce roadbook en période estivale, que les températures dépassent les trente degrés, vous n’avez qu’une envie :

arrêter votre bécane et sauter dans la rivière pour vous rafraichir !

 

Plus on s’éloigne de Saint Jean du Gard, plus on pénètre dans le massif des Cévennes. Cette chaîne montagneuse fait partie du Massif Central, et se trouve sur les départements du Gard et de la Lozère. C’est un vrai paradis pour motards. Le coin offre en effet de superbes routes de montagne larges avec des courbes sensationnelles pour les amateurs de sportives, mais aussi des itinéraires plus bucoliques et sauvages, comme celui où je vous emmène aujourd’hui.

Si comme moi vous passez par là au mois de mai, vous verrez les cours d’eau chargés des pluies hivernales et printanières. La nature est alors en plein réveil, l’humidité ambiante très rafraichissante, et les couleurs magnifiques. A partir du mois de juin c’est beaucoup plus sec, car pas une goutte ne tombe du ciel, un peu comme en Drôme Provençale et dans le Sud en général. Ensuite en septembre viennent les épisodes cévenols, et leurs orages caractéristiques qui font tomber en quelques heures l’équivalent des pluies d’une année, provocant de gros dégâts au passage dans les vallées.

 

 

Voici en deux images une description des plus fidèles de la D907 qui nous mène de St Jean du Gard à l’Estréchure. Comme vous pouvez le constater la route est juste fabuleuse pour qui aime prendre un peu d’angle dans de grandes courbes au bitume en parfait état.

Après ce pur moment de bonheur motocycliste débute une nouvelle étape…

…car nous empruntons la D152 qui nous mène au col de l’Asclier ! 

C’est partie pour treize kilomètres de route à chèvre comme je les aime !

 

Cette route qui débute dans une vallée est bordée d’arbres. Mais au cours de l’ascension la visibilité sur la vallée se dégage vous offrant un paysage forestier typique des Cévennes. On voit ça et là de petits village perdus dans la campagne. Quelques citadins disposent dans la région de belles maison secondaires où ils viennent se reposer au calme loin du bruit et de la civilisation.

 

Petit moment sympathique de ce roadbook, le passage de ce petit col au milieu de las fort de la Vallée Borgne.

D’un coup la route se resserre et l’on s’aperçoit que les locaux ont creusé la roche pour permettre le passage.

On imagine la difficulté qu’à dû représenter ce travail…

On repart ensuite sur la petite départementale bordée d’arbres…

…et d’un coup la vue se dégage sur la vallée suivante !

On arrive enfin au Col de l’Asclier, première étape de cette balade du jour.

Une fois passé sous le pont la vue qui s’offre à nous est assez impressionnante.

Un endroit idéal pour prendre mon pique-nique, au calme, loin de tout.

 

En cette période printanière les genêts sont en fleur. Leur couleur jaune illumine les vallées et montagnes environnantes. N’hésitez pas à rouler la visière légèrement ouverte pour profiter pleinement de leur parfum si caractéristique. La floraison des genêts débute début mai, et se termine en juillet.  Le genêt êest entouré d’une légende selon laquelle en 1128, Geoffroy V, dit « le Bel », comte d’Anjou et du Maine, chevauchait dans une lande près de la ville du Mans, lorsqu’il aperçut une licorne à tête de femme et vêtue d’un manteau d’or au milieu d’un champ de genêts. Bouleversé par cette apparition, il choisit de faire de cette plante son emblème et d’en planter sur ses terres, d’où l’origine du surnom « Plantagenêt », qui est à l’origine d’une dynastie princière particulièrement importante au Moyen Âge.

Nous avons une vue imprenable sur la suite de l’itinéraire qui nous emmène le long de cette vallée en direction du col de la Triballe, prochaine étape de notre balade moto du jour.

 

Durant la descente on passe le col de Bes, à 711m d’altitude.

 

Puis superbe vue sur la montagne au col de la Tribale à 612m d’altitude.

On traverse ensuite le village de Saint Martial.

 

On passe le pont au dessus de la rivière Rieutord qui nous offre une belle vue sur le village de Sumène.

A partir de là début la deuxième partie du roadbook du jour en direction de la montagne des Cagnasses. La route est aussi bucolique que celle du col de l’Asclier.

La première étape nous fait grimper sur une route d’altitude nous offrant un superbe panorama sur la région.

Au détour d’un virage je prendrai soin de m’arrêter, attiré par ce petit chemin qui file en descente sur la droite, et semble arriver à un endroit disposant d’une magnifique vue sur la vallée…

 

 

Après cette pause « point de vue » je repars ensuite sur la petite départementale…

Juste avant d’arriver au point final de cette balade moto, dans le village de la Cadière et Cambo, le roadbook nous fait traverser un site naturel de toute beauté

On imagine facilement le bonheur que doit constituer une baignade dans ces eaux magnifique, allongé dans une de ces baignoires naturelles, au frais.

Là encore la route n’est pas large, et les possibilités de parking assez rares. On se dit qu’en haute saison cela doit être un peu la panique avec tous ces touristes qui débarque pour rechercher un peu de fraicheur dans ce petit coin de paradis.

La sortie des gorges marque la fin de ce roadbook au col de l’Asclier que je vous propose aujourd’hui. J’espère que la balade vous a plu et que ces photos vous ont donné envie d’aller faire un tour dans cette magnifique région. Et bien sûr je reste à votre disposition pour toute information sur ce roadbook.

CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE ROADBOOK

Pour transformer les liens GoogleMaps ci-dessous et les intégrer dans votre GPS c’est très simple !
Suivez donc les étapes suivantes :
1- Téléchargez ITN Converter
2- Copiez l’URL de GoogleMaps
3- « Ouvrir fichier » et coller l’URL en modifiant le lien Googlemaps dans le format de votre GPS
C’est simple, rapide, et cela vous permettra donc de vivre une expérience sympathique sur ces routes magnifiques !

 

 

 

No Comments

Leave a Comment